Les temps dans une enceinte : quezaco ?

Tout sur les lecteurs CD & Amplificateurs (SKjo, Kjo et Kjette), et les enceintes (MD3, MD2 et MD1), "Tour de France"
Répondre
Avatar du membre
CME
Membre émérite
Messages : 6670
Enregistré le : 21 mars 2011, 21:45
Localisation : Paris

Re: Les temps dans une enceinte : quezaco ?

Message par CME »

ChriS.P.L a écrit :AMHA :) le piège se trouve toujours dans "comment s’intéresser aux MD’s, sans passer pour em.e.deur?"
Il ne me semble pas que les possesseurs de SBL, par exemple, montent au front à chaque fois qu’une réserve est émise sur la mise en œuvre ou la restitution particulière, ou encore le design, la présentation, le PXO...

Alors je vous demande, possesseurs de MD’s, comment peut-on avoir de la curiosité, ou poser un ressenti, si on a eu la chance d’écouter des MD’s, sans vous heurter?
"S'intéresser" aux MD oui, mais ce n'est pas de ça dont il s'agit ici, surtout sans jamais avoir écouté ou une fois il y a très longtemps !

Quant aux SBL, je me rappelle très bien de la levée de boucliers quand après un Besseuil j'avais dit que je préférais les MD1 aux SBL, que j'ai possédées aussi. Ouh la oui, c'était quelque chose ! Je n'avais surement pas écrit en assez gros que j'exprmais mon avis à moi-même et que le mien seul.

Trop de mauvaise foi et trop d'aigreur ici, je retourne dans mon hibernation.

Désolé JF je t'avais oublié tu es l'exception !
XULYDE ACTIF "PCT" - MD3 - TOTALDAC // ATOM - MD1
Avatar du membre
ChriS.P.L
Membre émérite
Messages : 4565
Enregistré le : 04 juin 2012, 06:43
Localisation : Suisse, Froideville

Re: Les temps dans une enceinte : quezaco ?

Message par ChriS.P.L »

CME a écrit : Quant aux SBL, je me rappelle très bien de la levée de boucliers quand après un Besseuil j'avais dit que je préférais les MD1 aux SBL, que j'ai possédées aussi. Ouh la oui, c'était quelque chose ! Je n'avais surement pas écrit en assez gros que j'exprmais mon avis à moi-même et que le mien seul.
Si tu retrouves le sujet, ça m’intéresse... merci
Wattson Emerson Digital / Raspi 4
Audio Note: OTO PHONO SE Sig. DAC2.1x Sig. Cobra
AN-La, AN-Lexus, AN-ISIS, AN-V
AN-E SPE, AN-J LX Hemp

AN-TT Two, arm2, TTPSU / Thorens TD124 MKI
Bruno legast

Re: Les temps dans une enceinte : quezaco ?

Message par Bruno legast »

Salut,
cela me rappelle également qq souvenirs avec des tontons très en forme,
j'avais encore mes super SBLs à cette époque.
Avatar du membre
naim21
Membre senior
Messages : 1659
Enregistré le : 14 janv. 2006, 11:02

Re: Les temps dans une enceinte : quezaco ?

Message par naim21 »

Personnellement, j'ai eu quelques difficultés à suivre le sujet.
J'ai bien vu que des réponses avaient disparu, ce qui ne facilite pas la lecture et rend encore plus délicate la compréhension des échanges.

Vivant, plutôt pas mal, avec un antédiluvien DMS depuis des lustres, je sais, désormais, ce que les "temps" (au sens explicité par Eddy) veulent dire.
Comme je l'ai écrit par ailleurs sur ce forum, le DMS "sonne" et son côté "M" m'est fort utile dans mes écoutes, notamment de contrôle. Ce DMS offre beaucoup (six HP tout de même) et le tirage du "loto sonore" proposé est intéressant.

La MD3 m'en offre encore plus et surtout, même si d'aucuns pourront estimer qu'il leur manque parfois le numéro complémentaire, c'est dans l'ordre.
Cela explique que j'attends sereinement les objets sonores MD (3 en l’occurrence) qui succéderont à mon (mes) DMS.
Madame Kaminker répondait à un journaliste, non sans humour et malice, qu'elle vivait avec Montand.
Afin de vivre avec le mien (moi qui fait partie de l'ancien monde pour les adeptes de la novlangue en cours), je vivrai bientôt avec des MD3 qui me proposeront "leurs temps", en succession de ceux des DMS.
Pour imager mon propos, je vois la MD3 comme un DMS qui aurait été mis au point, au sens photographique du terme, comme lorsque je recale la mire de mon vidéo-projecteur.
Ce que le DMS suggère, très bien dans certains cas, est offert par la MD3.
Pas de question, c'est là.
Alors, pour moi, what else?
Nos chaines nous trompent!
Et alors?
Fermons les yeux...
Et écoutons.
Bruno legast

Re: Les temps dans une enceinte : quezaco ?

Message par Bruno legast »

Salut Mister Naim21
illustration intéressante que celle de la mise au point photo, celle de la DMS ou de tout autre bidule, comme une superposition
de plans/calques chacun possèdant un fragment d'une image, qu'il faut parfaitement caler dans l'espace mais ici, également dans la
dimension temps pour en obtenir la lecture intégrale. Calage qui laisse supposer qu'il n'y a pas d'alternative ou c'est bon ou cela ne l'est pas
avec parfois ce sentiment d'évidence quand cela joue et ce lacher-prise sans effort, parfois même à notre insu.

Content pour toi.
Avatar du membre
naim21
Membre senior
Messages : 1659
Enregistré le : 14 janv. 2006, 11:02

Re: Les temps dans une enceinte : quezaco ?

Message par naim21 »

En l'état, je patiente.
J'ai de quoi...
Pour la petite histoire, j'ai, il y a très longtemps, écouté un système, après avoir couru/changé un nombre de fois pas possible.
Puis, j'ai rencontré REGA, LINN et NAIM.
A l'époque, la rencontre, au hasard des "démos" comme on disait alors, des constructeurs n'était pas rare.
Et l'écoute, tant des systèmes que des hommes, a fait le reste.
C'était il y a très très longtemps, vraiment.
Alors, je me suis arrêté à l'électronique CB, au DMS et à la LP12.
La REGA3 a rendu un autre écouteur heureux, tout comme les REGA RTX (même base de HP que les SBL, mais dans une toute autre charge) et mes M&A à tubes TVA1 et TVP1.
Après des décennies passées en compagnie de ces désormais objets sonores vintage, j'ai fait évoluer ma source vinyle afin de pallier les conséquences dues à son age et quelques défauts, plaisants au demeurant mais parfois un peu envahissants. FUNK est passé par là... et pas que.
Quelques années plus tard, le travail et les nouveaux matériaux des cellules MC ayant repris, j'ai quitté les MC LINN (après avoir utilisé la panoplie ASAK, ASAK-T, ASAKA, TROIKA, ARKIV-A, ces deux dernières refaites et bien améliorées par Roberto Torlai). Une VDH The Crimson Master Signature (testée mais pas encore utilisée faute de temps) équipe mon tourne-disque. Elle me semble être dans l'esprit de ce que propose Eddy avec ses MD3, mais pour la lecture de disques vinyles, exercice délicat s'il en est.
Bientôt donc, le maillon final, celui destiné à "faire du bruit", aura changé à son tour.
En plus de trois décennies, des évolutions donc, mais avec l'objectif de faire passer la technique après l'écoute musicale.

Même s'il est évident que les objets physiques sont les composants d'un chaîne, et que tout restera toujours perfectible, je ne me pose plus la question depuis longtemps: ça sonne et ça me va.
Un ami me répète à l'envi "qu'il faudrait me priver de mon système quelques semaines afin que je me rende compte de ce qu'il offre comme musique...".
L'essentiel dans tout ça est que, comme je l'ai souvent écrit, l'illusion sonore proposée nous convienne.
Elles (nos chaînes) nous trompent toutes... Certaines un peu moins que d'autres.
Alors, malgré leurs écarts de conduite, on vit avec, en espérant que le meilleur l'emportera sur le pire.

Pour revenir aux temps des enceintes, je ne peux que recommander néanmoins à celles et ceux qui veulent se faire une idée personnelle de ce que peuvent offrir les objets sonores que sont les MD3 de les écouter, avec leurs disques, bien souvent connus, si ce n'est rabâchés.
Alors seulement les écouteurs occasionnels qu'ils auront été pourront "évaluer" le discours musical écouté.
En guise de conclusion, toute écoute se faisant en rapport avec notre histoire et notre mémoire psychoacoustique, ils pourront alors comparer par rapport à leur propre "mètre étalon sonore".
C'est ce que j'ai fait tout au long des années de réalisation par Eddy. Il y a deux ans, mon "mètre étalon sonore DMS" m'est apparu encore bien. Mais il ne faisait plus "le poids" (et pourtant, il pèse) face à la MD3. Il y a peu, nous avons décidé de changer notre référence. Après plus de trente ans, il faut vraiment que, à nos yeux et oreilles, cela s'impose... naturellement.

Fermez les yeux et écoutez.
Cette vieille pub FILSON reste de mise avec la MD3.
Bonnes écoutes à toutes et tous.
Nos chaines nous trompent!
Et alors?
Fermons les yeux...
Et écoutons.
Avatar du membre
ChriS.P.L
Membre émérite
Messages : 4565
Enregistré le : 04 juin 2012, 06:43
Localisation : Suisse, Froideville

Re: Les temps dans une enceinte : quezaco ?

Message par ChriS.P.L »

:super:
Modifié en dernier par ChriS.P.L le 07 févr. 2019, 12:17, modifié 1 fois.
Wattson Emerson Digital / Raspi 4
Audio Note: OTO PHONO SE Sig. DAC2.1x Sig. Cobra
AN-La, AN-Lexus, AN-ISIS, AN-V
AN-E SPE, AN-J LX Hemp

AN-TT Two, arm2, TTPSU / Thorens TD124 MKI
Avatar du membre
eddy
Administrateur
Messages : 4079
Enregistré le : 23 mai 2005, 21:15
Localisation : Bischwiller
Contact :

Re: Les temps dans une enceinte : quezaco ?

Message par eddy »

<:) , j'ai supprimé le message incriminé car il contenait des coordonnées de membre !
Avatar du membre
eddy
Administrateur
Messages : 4079
Enregistré le : 23 mai 2005, 21:15
Localisation : Bischwiller
Contact :

Re: Les temps dans une enceinte : quezaco ?

Message par eddy »

<:) , Suite au topic sur les enceintes pour musique classique... qui m'inspire, je continue ici pour éviter le hors sujet :

Les critères exigés, que ce soit une expression vivante avec les accents et les inflexions, critères en l’occurrence insufflés par la virtuosité des musiciens ou que ce soient d’autres critères, liés eux à la capacité de l’enceinte à reproduire tous les registres, ces critères donc qui peuvent séduire comme l’ampleur , l’espace, la profondeur et l’on peut y ajouter l’acoustique de l’endroit qui est toujours plus ou moins présente en fonction du type d’enregistrement, quelque soit ces critères que l’on pourraient croire très différents quant aux qualités requises d’une enceinte acoustique, il suffit de se rappeler que tout ce qui sort des transducteurs ne sont que des fréquences… C’est la cuisine des liens entre toutes ces fréquences, choisis par les concepteurs d’enceintes acoustiques qui permet à une enceinte acoustique d’être différente de toutes les autres… et il pourrait en avoir beaucoup plus encore, les fréquences sont quasi infinies par leur nombre et il y a donc une infinité de possibilités !

Vous êtes sensibles au placement… alors parlons de la notion précise du placement : Ce qui permet au cerveau d’entendre avec précision un instrument et donc de corroborer ce qu’il voit avec ses yeux, c’est l’écart temporel entre ce qui rentre dans l’oreille gauche et ce qui rentre dans l’oreille droite. Même s’il y a beaucoup d’instruments, chaque instrument à sa « phase » ( son placement) et le cerveau est capable « d’extraire » du contexte musical un instrument précis pour la simple raison que chaque instrument à sa phase et que l’algorithme du cerveau permet à chaque instant de « mesurer » l’écart temporel des fréquences qui rentrent dans vos deux oreilles. C’est là que tout commence ! Et c’est pour cette raison que ce qui est vrai pour une note d’un seul instrument, l’est pour une centaine d’instruments. La précision dans l’espace, les timbres, l’ampleur des instruments, la profondeur de la scène sonore comme le moindre accent qui fend le silence, tout est lié par la rigueur implacable des temps, c’est le seul, l’unique lien qui relie la musique entre elle avec tous les critères imaginables.
Il y a certes un écart entre un CD3 et un CDS, l'oreille entend tout, on entend déjà lorsqu'on tourne un simple fil...mais qu'en est-il alors de l'écart galactique entre une enceinte cohérente et une qui ne l'est pas ?
Avatar du membre
tite931
Membre senior
Messages : 2295
Enregistré le : 13 mars 2010, 10:40
Localisation : 93 (Gagny) et 35

Re: Les temps dans une enceinte : quezaco ?

Message par tite931 »

Eddy, tu parles exclusivement des temps, mais tu ne parles jamais de l'amplitude des fréquences qui fait partie du message audio et qui donne une information importante à mon sens pour reproduire un instrument en retrait, joué délicatement, en fond, par rapport à un autre instrument mis au premier plan.
Je pense que cela est autant important que les temps. Tu as un avis sur ça ?
:merci:
CDX - 32.5 - 140cb - Intro - naca4
dechab
Membre poussin
Messages : 58
Enregistré le : 06 août 2019, 00:40
Localisation : dpt du Rhône
Contact :

Re: Les temps dans une enceinte : quezaco ?

Message par dechab »

eddy a écrit : 18 sept. 2019, 11:48 <:) , Suite au topic sur les enceintes pour musique classique... qui m'inspire, je continue ici pour éviter le hors sujet :

Les critères exigés, que ce soit une expression vivante avec les accents et les inflexions, critères en l’occurrence insufflés par la virtuosité des musiciens ou que ce soient d’autres critères, liés eux à la capacité de l’enceinte à reproduire tous les registres, ces critères donc qui peuvent séduire comme l’ampleur , l’espace, la profondeur et l’on peut y ajouter l’acoustique de l’endroit qui est toujours plus ou moins présente en fonction du type d’enregistrement, quelque soit ces critères que l’on pourraient croire très différents quant aux qualités requises d’une enceinte acoustique, il suffit de se rappeler que tout ce qui sort des transducteurs ne sont que des fréquences… C’est la cuisine des liens entre toutes ces fréquences, choisis par les concepteurs d’enceintes acoustiques qui permet à une enceinte acoustique d’être différente de toutes les autres… et il pourrait en avoir beaucoup plus encore, les fréquences sont quasi infinies par leur nombre et il y a donc une infinité de possibilités !

Vous êtes sensibles au placement… alors parlons de la notion précise du placement : Ce qui permet au cerveau d’entendre avec précision un instrument et donc de corroborer ce qu’il voit avec ses yeux, c’est l’écart temporel entre ce qui rentre dans l’oreille gauche et ce qui rentre dans l’oreille droite. Même s’il y a beaucoup d’instruments, chaque instrument à sa « phase » ( son placement) et le cerveau est capable « d’extraire » du contexte musical un instrument précis pour la simple raison que chaque instrument à sa phase et que l’algorithme du cerveau permet à chaque instant de « mesurer » l’écart temporel des fréquences qui rentrent dans vos deux oreilles. C’est là que tout commence ! Et c’est pour cette raison que ce qui est vrai pour une note d’un seul instrument, l’est pour une centaine d’instruments. La précision dans l’espace, les timbres, l’ampleur des instruments, la profondeur de la scène sonore comme le moindre accent qui fend le silence, tout est lié par la rigueur implacable des temps, c’est le seul, l’unique lien qui relie la musique entre elle avec tous les critères imaginables.
Comme promis sur un autre fil ;) je réponds ici sans hors sujet...

D'abord, je précise que ça fait 50 ans que je me passionne pour tout ce qui est "son" au sens large... d'où mon discours un peu "... maniaque, pointu & concis..."

donc...
En plus des temps, divers selon les emplacements des 2 oreilles, il y a la notion dry/ wett utilisée par les pros du son.
Le son direct (dry) qui parvient au(x) micro(s) / je mets le pluriel pour les prises de son stéréo/ de façon directe (non répercuté par un quelconque obstacle) n'est sujet qu'aux variations de phase et d'intensité selon la position des micros (je ne parle pas de la nature du signal sonore mais de sa réception par les micros)
Et le son indirect (wett) qui se charge aussi de toutes les informations de réverbérations (retards et déphasages) naturels ou/et ajoutés, selon le type de production.
À ce propos, je suis fan de la prise de son stéréo de phase et d'intensité par deux micros et rien d'autre...
On peut transposer ce qui est vrai pour la prise de son à la reproduction sonore, car on retrouve des points communs (local amorti ou réverbérant, etc)
Une paire d'enceintes qui déphase en permanence, par erreur de conception, donnera un son enjolivé permanent (wett artificiel).
Le dry ne sera pas retransmis, assimilé à un wett très court et répétitif.

J'ai étudié plein de "choses" avec mon passé de home studio, musicien, programmation de synthés, réglages d'effets et de réverbérations pour les mixages, etc... sans compter les prises de son (réverbérations naturelles/ choix d'emplacement des micros) ... et je parle de "choses" peut-être abstraites, désolé si c'est le cas...
Pour moi une enceinte doit cependant analyser tous ces aspects, et seuls ceux qui ont touché des métiers du son peuvent en avoir une notion analytique/verbalisée.
Mais ceux qui n'ont pas ces notions en revanche peuvent sentir cela intuitivement et sentir que tel ensemble hifi (électroniques, enceintes, pièce) est 1/ > exceptionnel, ou 2/ > simplement habituel > car on s'em.erde au bout de 3 morceaux de musique, car ce qu'on écoute est typé des défauts répétitifs propres au système de reproduction, et non riche de la variété du message sonore originel.
Ce dernier cas est le plus courant... :pleur4:
Savoir écouter est une longue quête !
Avatar du membre
ChriS.P.L
Membre émérite
Messages : 4565
Enregistré le : 04 juin 2012, 06:43
Localisation : Suisse, Froideville

Re: Les temps dans une enceinte : quezaco ?

Message par ChriS.P.L »

Je pense qu’il peut y avoir plus embêtant ou frustrant qu’une enceinte qui ne marche pas...
Avoir une enceinte qui marche, mais qui est victime du mode propre d’une pièce.
Lorsqu’il manque des fréquences à la reproduction, ça peut passer inaperçu, le problème est, par contre, beaucoup plus embêtant lorsqu’une seule enceinte est positionnée dans un "noeud", il va manquer quelque chose à la reproduction pendant un temps, ce qui va avoir pour cause une scène stéréophonique instable lorsque ces fréquences "problématiques" vont être reproduites.
Wattson Emerson Digital / Raspi 4
Audio Note: OTO PHONO SE Sig. DAC2.1x Sig. Cobra
AN-La, AN-Lexus, AN-ISIS, AN-V
AN-E SPE, AN-J LX Hemp

AN-TT Two, arm2, TTPSU / Thorens TD124 MKI
Avatar du membre
TomSer
Membre junior
Messages : 793
Enregistré le : 25 juin 2016, 10:56

Re: Les temps dans une enceinte : quezaco ?

Message par TomSer »

ChriS.P.L a écrit : 18 sept. 2019, 20:41 Je pense qu’il peut y avoir plus embêtant ou frustrant qu’une enceinte qui ne marche pas...
Oh oui... c'est tellement vrai!
La pièce est un élément souvent négligé alors qu'elle fait partie intégrante du système.

Il est évident que "le temps d'une enceinte" est important. Tout comme sa caisse, son filtre, etc.. bref tout.

Mais ce qui compte, finalement, est ce qui arrive à nos oreilles.

Or ce qui arrivent à nos oreilles ce n'est pas uniquement ce qui sort l'enceinte.

Il y a aussi le son réfléchi par les murs et qui arrive à nos oreilles avec un décalage temporel. Si on ajoute à cela les "standing waves" / "room modes" (désolé pour l'anglais) on se rend compte de l'importance que peut prendre la pièce.



<:)
Avatar du membre
eddy
Administrateur
Messages : 4079
Enregistré le : 23 mai 2005, 21:15
Localisation : Bischwiller
Contact :

Re: Les temps dans une enceinte : quezaco ?

Message par eddy »

tite931 a écrit : 18 sept. 2019, 14:14 Eddy, tu parles exclusivement des temps, mais tu ne parles jamais de l'amplitude des fréquences qui fait partie du message audio et qui donne une information importante à mon sens pour reproduire un instrument en retrait, joué délicatement, en fond, par rapport à un autre instrument mis au premier plan.
Je pense que cela est autant important que les temps. Tu as un avis sur ça ?
:merci:
Oui, tu as raison : je parle presque exclusivement des temps car c'est, pour moi, ce qui compte de très loin le plus ! j'ai dit aussi qu'en gros les constructeurs, lors de la réalisation des filtres qui séparent les fréquences, égalisaient les niveaux ce qui est un travail bien sûr nécessaire et indispensable. Mais tout cela n'alimente que la qualité des sons... pour que l'on puisse parler de musique il faut que les sons dans l'espace aient un lien qui soit juste et ce lien est temporel, aussi bien pour les sons directs qu'indirects. Tout ce que l'on entend est composé des fréquences envoyées par les hauts parleurs, que ce soit la musique des instruments, les réverbérations de l'acoustique etc... C'est une évidence naturelle que les temps ont une place prépondérante dans la reproduction musicale, bien évidemment les niveaux qui par ailleurs sont toujours "gérés" là pour une fois, quelque soit le constructeur.

Pour les pièces et leur acoustique, j'ai un avis contraire à ce qu'on lit ici sur notre forum... J'ai dit à plusieurs reprises ce que je pensais du "traitement acoustique des pièces", la démonstration est plus délicate et lorsque je vois la montagne que j'attaque en parlant des liens temporels de la musique je ne m'y lancerai pas :mrgreen: !!
Il y a certes un écart entre un CD3 et un CDS, l'oreille entend tout, on entend déjà lorsqu'on tourne un simple fil...mais qu'en est-il alors de l'écart galactique entre une enceinte cohérente et une qui ne l'est pas ?
Avatar du membre
ChriS.P.L
Membre émérite
Messages : 4565
Enregistré le : 04 juin 2012, 06:43
Localisation : Suisse, Froideville

Re: Les temps dans une enceinte : quezaco ?

Message par ChriS.P.L »

Salut Eddy :hello:

Quelque chose me taraude,
Si on part du principe que les temps sont justes sur les MD’s, comment expliquer que souvent l'écoutes de ces dernières a été époustouflante et quelques autres fois moins, si ce n’est une moins bonne synergie avec la pièce d’écoute?
Wattson Emerson Digital / Raspi 4
Audio Note: OTO PHONO SE Sig. DAC2.1x Sig. Cobra
AN-La, AN-Lexus, AN-ISIS, AN-V
AN-E SPE, AN-J LX Hemp

AN-TT Two, arm2, TTPSU / Thorens TD124 MKI
Répondre