La phase acoustique

Tout sur les lecteurs CD & Amplificateurs (SKjo, Kjo et Kjette), et les enceintes (MD3, MD2 et MD1), "Tour de France"
Répondre
Avatar du membre
eddy
Administrateur
Messages : 4079
Enregistré le : 23 mai 2005, 21:15
Localisation : Bischwiller
Contact :

La phase acoustique

Message par eddy »

La phase acoustique

Beaucoup d’audiophiles parlent d’espace, de largeur et de profondeur, ce sujet pourrait les intéresser car il fait le lien entre ces paramètres et les caractéristiques ( le filtrage des fréquences ) de l’enceinte acoustique.
Le terme « phase » est utilisé pour différentes grandeurs physiques, il s’agit toujours d’un écart temporel entre deux paramètres. Dans notre cas, il s’agit de la phase acoustique, d’un écart entre deux fréquences qui sont liées et qui est la source même de tous les paramètres tridimensionnels exprimés ci dessus.

Lorsqu’une guitare joue une note dans une pièce à un endroit quelconque et qu’une deuxième note identique est jouée à un autre endroit, notre cerveau reconnaît à quel endroit à chaque fois se situe la note de guitare. Ce phénomène naturel est dû au cerveau qui effectue un « calcul » avec les informations enregistrées par l’oreille gauche et l’oreille droite. Pour un endroit donné, toutes les informations de la guitare seront perçues par nos oreilles comme venant du même endroit. La Palice ne dirait sans doute pas mieux mais cette évidence va se révéler particulièrement importante. Si, à coté de notre guitariste, on met un deuxième musicien, il peut avoir l’instrument que l’on veut et être aussi proche de lui que possible et autour de lui, dans la nature nos oreilles distingueront clairement les deux instruments. Les informations ( les fréquences ) portées par l’air à nos oreilles seront lisibles et seront situées dans l’espace : ce qui est à un endroit précis sera parfaitement situé et ne se « mélange » pas ou ne « fusionne » pas avec une information qui ne vient pas du même endroit : j’ai parfois utilisé ces termes mais en toute rigueur ils ne sont pas justes bien que les apparences permettent de les utiliser. L’élasticité de l’air permet une « cohabitation » des différentes fréquences et le terme juste est « modulation ». C’est très important car, par exemple, une fréquence grave qui rencontre une fréquence aigüe ne devient pas du médium ! En l’occurrence, on dit que la fréquence aigüe va moduler la fréquence grave, c’est un peu comme si l’aigu se mettait sur les épaules du grave pour continuer d’avancer dans l’air. Cela permet au cerveau de « décoder » une modulation complexe car une simple note de guitare envoie un flux de fréquences qui va du grave à l’aigu : on distingue parfaitement le corps de l’instrument, la hauteur de la note, la fondamentale avec toutes ses harmoniques qui donne le timbre de la note jouée.

Dès qu’il y a deux fréquences qui sont émises, ce n’est jamais le cas pour un instrument car il y en a beaucoup plus, on utilise le mot « phase » pour décrire l’écart temporel, et, avant même de s’intéresser à un pupitre entier et même à un second instrument en présence, il serait bon pour une enceinte acoustique de reproduire le même écart que dans la nature ! C’est loin d’être évident, la notion de phase est complexe et se pose bien sûr pour un seul instrument et je dirai même pour une simple note.
Lorsqu’on dispose sur une enceinte acoustique de plusieurs hauts parleurs et que pour communiquer une seule note de guitare, le filtrage qui sépare les fréquences va diriger la fondamentale sur un haut parleur et les harmoniques aigües sur un autre haut parleur, ce n’est pas simple pour que la fréquence aigüe aille « rejoindre » sa fondamentale au bon moment pour que l’illusion de cette note soit perçue par les oreilles comme évidente et confondante comme si la guitare était dans la pièce. A cet égard, une erreur de quelques dizaines de nanosecondes ( dix puissance moins neuf seconde ! ) s’entend très clairement mais la question est de savoir si cela dérange le plaisir que l’on a à écouter son enceinte acoustique car quelque soit la grandeur de l’erreur des temps entre les fréquences, elles seront toujours dans la pièce d’écoute, simplement leur « combinaison » aléatoire donne des résultats différents qui peuvent être appréciés en fonction d’un certain goût de chacun.

C’est assez surprenant mais avec un instrument seul on a déjà toute la difficulté que l’on peut rencontrer si l’on s’intéresse aux « temps » et donc à la phase entre deux fréquences : si vous arrivez à reproduire une simple note de guitare avec les phases qui sont justes vous pouvez directement passer à l’écoute de la Symphonie des Mille avec des centaines de musiciens et des milliards de fréquences à chaque instant ! Dans cette note de musique, constituée naturellement par un flux d’ondes de toutes les fréquences, il y a déjà tout ce qu’il faut en matière de difficulté pour réaliser une bonne corrélation temporelle. Si tout ce qui est émis par un instrument est à sa place vous pouvez mettre un second musicien juste à coté s’il le faut, ce second instrument sera à sa place lui aussi et les deux instruments seront parfaitement lisibles sans que l’un empiète sur l’autre. Ainsi de suite, vous finirez bien par avoir l’orchestre au complet pour interpréter l’œuvre de Mahler ! A noter que je ne m’intéresse dans ces lignes qu'à l’importance des temps qui sortent des hauts parleurs d’une enceinte acoustique, entre autre le travail de l’équilibre des timbres est bien sûr indispensable mais c’est de loin une autre histoire.

Tout ce que l’on entend, ce sont des fréquences. Que ce soit les ondes directes d’un instrument ou la réverbération des ondes réfléchies de l’acoustique de l’endroit, tout n’est que fréquences mais toutes ces fréquences ont un lien entre elles pour arriver au bon moment aux oreilles, pas trop tôt ni trop tard et c’est ce lien qui caractérise la musique. Tout est lié aux liens temporels, que ce soit l’expressivité, le caractère de l’interprétation ou le placement d’un instrument dans l’espace : si la corrélation temporelle est bonne on dispose de la musique avec sa vie qui sera alors à son paroxysme, l’acoustique aura alors sa « place » qui est la sienne dans l’information musicale et l’espace et la profondeur seront justes comme jamais. Mais bien entendu, on sait tous que cela ne plaira à tout le monde ! Il en faut pour tous les goûts.
Il y a certes un écart entre un CD3 et un CDS, l'oreille entend tout, on entend déjà lorsqu'on tourne un simple fil...mais qu'en est-il alors de l'écart galactique entre une enceinte cohérente et une qui ne l'est pas ?
GFantasio
Membre senior
Messages : 1542
Enregistré le : 26 mai 2007, 08:45
Localisation : Versailles

Re: La phase acoustique

Message par GFantasio »

Très bien expliqué et très clair !! :1010:
LP12+Ittok+Supex900, Mc Cormack Modsquad Signature, PC, Squeezebox Touch + NDac, NAT01, NAC52/52PS+ NAP250+NAP160+NAP110(NCC220), Isobarik + Aktiv + Dirak, HC : Yamaha Z7, Linn Kan, KEF3005SE
Avatar du membre
Chuckos
Membre minime
Messages : 144
Enregistré le : 08 oct. 2012, 00:31
Localisation : Gironde (33)

Re: La phase acoustique

Message par Chuckos »

:super: :super: :super:
LINN Akurate DS Katalyst
NAIM NAC 252 - NAP 300
TANNOY Kensington GR
Répondre