Sources analogiques et numérisation

Questions et sujets divers et généraux sur la Hifi ; Home-Cinéma & VIDEO; Salons.
Avatar du membre
naim21
Membre senior
Messages : 1659
Enregistré le : 14 janv. 2006, 11:02

Rencontre d'Eddy

Message par naim21 »

Pour ma part, simplement merci à Eddy pour son accueil, sa sincérité et sa disponibilité! Eddy est comme ce qu'il appelle "ses boites"; précieux!

L'alias "Monsieur Eddy" est déjà utilisé par un artiste français. Il faudra donc en trouver un autre!
Quoiqu'il en soit, et ceux qui me connaissent un peu savent que ce n'est pas dans mes habitudes de tenir ce genre de propos (et a fortiori de les écrire), chapeau bas, Monsieur LUX!

Qu'il continue longtemps à nous enchanter avec ses "boites". Pour ma part, cela a été un grand plaisir que de rencontrer l'Homme et le Professionnel! Une telle intensité est rare de nos jours.

S'il est possible de renouveler l'expérience, je me rendrai disponible car je SAIS par avance que ce ne sera que pur bonheur.

Si cela intéresse quelques foromeurs d'en connaitre un peu plus sur cette "rencontre d'anciens" (certains y ont déjà pensé, avouez-le! Avez-vous tort d'ailleurs? Nous avons passé le siècle à nous deux!), j'aurai plaisir à leur répondre.

Pour finir, nous n'avons pas "écouté" à proprement parler, nous avons (je me permets d'associer Eddy au vu des propos que nous avons échangés sur le vif) vécu des moments intenses en émotions.

La Haute Fidélité à ce niveau me confirme que certains sont en mesure de déplacer "ces portes qui vérouillent notre espace".

Musicalement!
Naim21
Nos chaines nous trompent!
Et alors?
Fermons les yeux...
Et écoutons.
Avatar du membre
eddy
Administrateur
Messages : 4079
Enregistré le : 23 mai 2005, 21:15
Localisation : Bischwiller
Contact :

Message par eddy »

... cela va me coûter quelques bières, c'est sûr. On avait évoqué un instant avec Bruno l'histoire de la phase absolue. Parfois dans les appareils en donnant du gain, suivant les méthodes, on peut se retrouver en opposition de phase. Avec naim21 on a écouté la toute dernière version de l'ampli. Tout neuf, même pas rodé. Malheureusement, j'ai fait une grosse bêtise... en effet, dans cette dernière version j'inverse la phase du signal musical. Ce n'est que le lendemain, en me remettant des émotions de la visite de Bruno que j'ai ré-écouté. Le dimanche amène avec lui une sérénité de bon aloi... me rappelant de cette discussion de phase cela a fait tilt ! J'ai inversé les cables HP et là ... une folie. Vraiment incroyable. C'est donc un message d'excuse à Bruno pour avoir un peu saboté son plaisir. eddy
Avatar du membre
naim21
Membre senior
Messages : 1659
Enregistré le : 14 janv. 2006, 11:02

Phase...

Message par naim21 »

Que puis-je ajouter?
La phase est déjà un sujet suffisamment compliqué avec le numérique, ses limitations quantitatives, ses approximations mathématiques et sa transmission série... Cela nous prouve que l'auditif humain ne se limite pas à une bande passante (vieillissante pour moi. Souvenez vous des cellules WESTREX qui ne dépassaient pas de beaucoup les 10/12 KHz! Et pourtant, quelle écoute des LP!).
J'avais déjà vécu cette écoute comme un grand moment. Ce doit dès lors être inoubliable!
Aurai-je la possibilité et "l'autorisation" de revenir pour écouter de nouveau?
Naim21
Nos chaines nous trompent!
Et alors?
Fermons les yeux...
Et écoutons.
Avatar du membre
eddy
Administrateur
Messages : 4079
Enregistré le : 23 mai 2005, 21:15
Localisation : Bischwiller
Contact :

Message par eddy »

:D bien sûr. Quand tu veux !
Il y a certes un écart entre un CD3 et un CDS, l'oreille entend tout, on entend déjà lorsqu'on tourne un simple fil...mais qu'en est-il alors de l'écart galactique entre une enceinte cohérente et une qui ne l'est pas ?
Avatar du membre
naim21
Membre senior
Messages : 1659
Enregistré le : 14 janv. 2006, 11:02

Re: Sources analogiques et numérisation

Message par naim21 »

J'ai déplacé ce post dans la rubrique "Sources analogiques et numérisation" car il me semble que c'est plus sa place.
Les numérisations dont je parle ici ont été faites par des MAJORS qui utilisent comme sources les bandes masters dont ils ont droits et propriété.
Voici donc 3 exemples de ce qu'ils ont décidé d'en faire.
Le résultat est de plus en plus "à la mode" et fait perdre, au passage, pas mal de caractère à l'enregistrement d'origine.

Image

Pour ceux qui ne connaissent pas, ce disque de 1961 est EXCEPTIONNEL, du moins dans sa version LP, même si la version stéréo peut être difficile à exploiter sur "Battle Royal".
La stéréo est, en effet, tellement latéralisée, et les deux orchestres puissants, que la gravure (système fermé) impose à la lecture (système ouvert) des contraintes mécaniques aux limites de l'acceptable.
Mais, c'est comme ça. Le tout est de le garder à l'esprit.

La version stéréo CD de 1987 (CK 40586 éditée par COLUMBIA) est très bonne.
Elle ne souffre pas des soucis de latéralisation (et pour cause puisque les 0 et 1, G & D, se suivent ;-) ).
Le transfert numérique correspond bien à la méthode de l'époque.
La dynamique reste importante.
La courbe de fréquences grimpe dans l’aiguë jusqu'au moment où le filtrage (un mur!) numérique intervient. Ainsi, tout ce qui est au-dessus de 20500Hz est absent. C'était le process mis en œuvre il y 30 ans.
Le résultat sonore de l'écoute de cette version est très fluide, tout à fait dans l'esprit d'une lecture analogique. Pour un enregistrement qui a bientôt 60 ans, on est plongé dans le studio avec ces deux big bands, et pas des moindres.
Count et Duke n'étaient pas là pour rien.
Une écoute à niveau réaliste, avec cette version de 1987, procure de vraies sensations.

La version stéréo CD de 1999 a été plus retouchée lors de sa numérisation et offre de nombreuses pistes bonus.
Dans un premier temps, la courbe de fréquences grimpe désormais aux limites permises par le CD, ce que ne faisaient pas les process de traitement de 1987. Les 22kHz sont atteints, tout ce qui au-dessus est, bien évidemment, absent.
Dans un second temps, la courbe à subi une égalisation dans le but de fournir un effet loudness.
Les graves de la contrebasse sont nettement accentués par rapport à la version 1987.
Au point de ne plus être à leur place d'origine dans la masse orchestrale.
Quant à la section cuivres, elle "brille de mille feux", si vous voyez ce que je veux dire.
Pour finir, le tout a subi une légère compression de dynamique afin de remonter le niveau RMS et donner une sensation de: "ça joue plus fort, donc c'est mieux".
Au final, l'écoute est plus "agressive" que celle de 1987.
Elle n'offre plus les plans et le placement sonore de la version de 1987 avec mon système d'écoute.

La version SACD de 1999 (CS 65571 COLUMBIA) offre aussi les pistes bonus.
Elle a encore été plus retouchée que la version CD.
L'écoute est encore plus éloignée de la version 1987 que ne l'était la version CD de 1999.

Les chiffres relevés ne vous diront sans doute pas grand chose, mais les (mauvais) traitements infligés au signal ne sont pas sans conséquences.
Donc, au-delà des chiffres quelque peu abscons, cela se manifeste sur la musique...

Techniquement, en gros, la version CD de 1999 a été boostée en niveau, quasiment sans toucher la dynamique. Les basses ont été corrigées en dessous de 200Hz, conduisant à une bosse de +6dB à 94Hz en comparaison avec la version de 1987. Effet "boomy" garanti...

La version SACD est encore pire.
La dynamique a été réduite de 1dB par compression (on a vu pire, me direz-vous...).
Mais les basses ont encore été boostées pour conduire à une bosse de 10dB, à 97 Hz cette fois-ci, en comparaison de la version de 1987.
Par ailleurs, la couche CD du SACD ne dépasse bien évidemment pas les 22kHz (grand classique).

La conséquence générale de ce genre de retouches d'égalisation, compression, échantillonnage est importante sur les petits signaux et la phase.
Il n'est donc pas très étonnant de "perdre" certaines informations présentes sur la version de 1987...
Mais, on a gagné du niveau, des basses, de la brillance!!! Alors, "Plus belle la vie", non?

Je vous prie de m'excuser pour la longueur de ce message mais je tenais à vous aviser des faits encore une fois constatés.
Ce vieil enregistrement mérite tellement mieux que le sort qu'on lui a réservé, notamment sous couvert de 'Remastering" en 1999!

En guise de conclusion, une même source analogique peut donc être (avoir été) fidèlement transférée en numérique, ou pas.
Les conséquences sonores, quant à elles, peuvent être importantes, au point parfois de dénaturer l’œuvre.
Ne reste plus qu'à espérer que les bandes mères analogiques de première génération soient toujours intactes et que, un jour, une sauvegarde/restauration sera entreprise.
COLUMBIA a su le faire pour le "Kind of Blue", enregistré en 1959 par Miles Davis sur ces fabuleux magnétophones 3 pistes à tubes, avec le meilleur du numérique PRO.

Après l'espoir, reste l'espérance...
Regardez, vous allez tout comprendre: https://www.youtube.com/watch?v=z_p7Qbb_LAo.
Ne rien changer de ce qui AVAIT été fait en 1959 mais le restaurer ET le sauvegarder dans son état originel pour un passage à la postérité: la technologie au service de l'art!

Le petit joueur que je suis n'a ici d'autres mots que: "Respect, Messieurs, Respect".
Nos chaines nous trompent!
Et alors?
Fermons les yeux...
Et écoutons.
Avatar du membre
Athos69
Membre senior
Messages : 1471
Enregistré le : 05 mars 2013, 17:37
Localisation : lyon

Re: Sources analogiques et numérisation

Message par Athos69 »

Intéressant !

Maintenant, si on achète le fichier chez Qobuz par exemple (qualité CD), difficile de savoir quelle version on aura, me trompe je ?

Seule indication : Originally recorded 1961 & released 1974, 1975. / Originally released 1962.
Rega RP6- TD Server + TD D1 tube MK2-Magnum Dynalab MD90T NAC 552DR -NAP300DR- -XULYDE MD3 - fils [/color] Naim SL PL Bib TD Chord . S2 : Marantz cd 63SE - Nat 101-Nac32,5-Hicap-Nap250- biblio kit Musikit
Avatar du membre
naim21
Membre senior
Messages : 1659
Enregistré le : 14 janv. 2006, 11:02

Re: Sources analogiques et numérisation

Message par naim21 »

C'est tout à fait ça.
D'autant que certains fournisseurs de datas, non contents de modifier les originaux, font parfois plus vulgairement de l'upsampling sans autre intérêt que de faire un fichier plus loud... et peut-être plus cher.

Après, il y aura sans doute des gens à qui ça plaira, n'ayant PAS connu ou écouté la source originelle.
Il y a quelques semaines, j'ai vécu ça avec mes propres enregistrements qui ont été comparés avec ceux achetés dans le commerce. La même mésaventure qu'avec un Steeple Chase Shepp/Parlan à Besseuil avec Eddy...
Les disques du commerce, tout ce qu'il y a de plus officiel, n'avait pas du tout, mais vraiment pas du tout, le même rendu.
Bizarre, non...
Nos chaines nous trompent!
Et alors?
Fermons les yeux...
Et écoutons.
Avatar du membre
Athos69
Membre senior
Messages : 1471
Enregistré le : 05 mars 2013, 17:37
Localisation : lyon

Re: Sources analogiques et numérisation

Message par Athos69 »

Parlant d'Ellington, sans avoir d'instruments de mesure, j'ai trouvé ce coffret remarquable :
Image
Rega RP6- TD Server + TD D1 tube MK2-Magnum Dynalab MD90T NAC 552DR -NAP300DR- -XULYDE MD3 - fils [/color] Naim SL PL Bib TD Chord . S2 : Marantz cd 63SE - Nat 101-Nac32,5-Hicap-Nap250- biblio kit Musikit
Avatar du membre
naim21
Membre senior
Messages : 1659
Enregistré le : 14 janv. 2006, 11:02

Re: Sources analogiques et numérisation

Message par naim21 »

Tu devrais donc trouver dans cette compilation la version ré-pasteurisée, pardon, remastérisée du fameux "Duke meets Count First time".
Vu les titres bonus, il faudrait voir d'où ils sont parti et ce qu'ils en ont fait.
Peut-être est-ce une numérisation nouvelle? Je ne sais pas.
Seule une analyse technique pourrait le permettre.

J'ai vu aussi que ce coffret reprenait "Anatomy of a murder".
Je dispose de cette version CD, avec les titres bonus.
Mais aussi du vinyle... que j'avais numérisé/restauré avec mon ancienne installation (platine et carte son).
Par curiosité, j'ai comparé le premier morceau "Main title" et me suis dit "je me suis trompé d'album..."
Je n'en dis pas plus et suppose que tu te doutes du pourquoi.
Il y a quelques années, un membre du forum m'a qualifié de "sorcier", après l'écoute de quelques restaurations/numérisations "maison". Je ne fais pourtant rien de spécial à ce sujet. Peut-être sont-ce les PRO qui sont des "sorciers"? Jetant un mauvais sort à leurs numérisations...

Je pensais trouver des restaurations "clones" des bandes mère. Ce n'est pas très fréquent. Tant pis pour moi.
Et ça ne s'adresse pas qu'au Jazz. La POP est aussi concernée.
Le matériel audio-numérique a fait de sacrés progrès depuis 35 ans. C'est bien.
Ce qui me désole, c'est ce qu'on nous propose à écouter, notamment dans les rééditions.
Nos systèmes mériteraient mieux.
C'est ce qui me conduit à évoquer quelques références sur lesquelles vous pouvez compter, tant artistiquement que musicalement.

Je me console en me disant que les vinyles du Duke étaient bien enregistrés, même si certains pressages pouvaient laisser à désirer !!!
Une fois mon inventaire numérique terminé (plus que quelques milliers...), je passerai alors aux LP.

Un "sorcier idéaliste".
Nos chaines nous trompent!
Et alors?
Fermons les yeux...
Et écoutons.
Avatar du membre
naim21
Membre senior
Messages : 1659
Enregistré le : 14 janv. 2006, 11:02

Re: Sources analogiques et numérisation

Message par naim21 »

Image

BONNE SURPRISE!!!
Un enregistrement de 1967 du Duke.
Remastered By [Digitally remastered from original master tapes in 24-bit] – Dennis Ferrante.
50 ans d'accord, mais quelle musique.
Pas étonnant que l'homme qui s'est chargé de cette restauration (il a commencé dans les 60', donc a connu cette époque) ait été récompensé par Best Historical Album' Grammy Award in 2000 for his engineering work on "The Duke Ellington Centennial Edition - The Complete RCA Victor Recordings (1927 - 1973)".

Écoutez "Snibor", vous y êtes, dès les premières notes.
"After all"! Le "hiss" de la bande est là et le piano, la basse, le sax... tout prend vie et vous embarque.
"The intimacy of the Blues" avec sa stéréo hyper large vous offre la scène du studio pour vous tout seul. Et puis, les "souffleurs" débarquent, à gauche, à droite, l'orchestre en appui au centre.
Le "Rock skippin' at the Blue Note" et sa contrebasse, à droite, qui arrive sur la pointe des pieds et y reste, discrète mais là, pendant que les souffleurs se disputent le devant de la scène!

C'était ça les enregistrements de big band US des 60'.

Mr Dennis Ferrante, puissiez vous avoir pu refaire TOUT ce que certains de vos "prétendus prédécesseurs" ont gâché!!
Cette version 2016 est un bonbon.
Rassurez-vous, pas de souci pour la glycémie!!!
Nos chaines nous trompent!
Et alors?
Fermons les yeux...
Et écoutons.
Avatar du membre
Athos69
Membre senior
Messages : 1471
Enregistré le : 05 mars 2013, 17:37
Localisation : lyon

Re: Sources analogiques et numérisation

Message par Athos69 »

J'avais un CD du coffret mentionné plus haut, la version du coffret l'écrasait à plate couture; je vais essayer de retrouver.
Rega RP6- TD Server + TD D1 tube MK2-Magnum Dynalab MD90T NAC 552DR -NAP300DR- -XULYDE MD3 - fils [/color] Naim SL PL Bib TD Chord . S2 : Marantz cd 63SE - Nat 101-Nac32,5-Hicap-Nap250- biblio kit Musikit
Avatar du membre
naim21
Membre senior
Messages : 1659
Enregistré le : 14 janv. 2006, 11:02

Re: Sources analogiques et numérisation

Message par naim21 »

Bonjour à toutes et tous.

J'ai retrouvé un article écrit par un VRAI professionnel du son Français.
Cet article date de presque 20 ans mais explique clairement COMMENT c'était AVANT et COMMENT ça a progressé.
Et ce COMMENT, c'est tout simplement le processus de mise en boite de la musique.
Je recommande la lecture de cet "Historique de l'audio-mastering selon Dominique Blanc-Franquard".
https://www.espace-cubase.org/page.php? ... orique_dbf

Imaginez, depuis 20 ans, les progrès technologiques faits en informatique audio?
Quelle serait, aujourd'hui, la teneur de ses propos en termes de mastering?

Cela ne fait, malheureusement, que conforter mes propos quant à certaines rééditions réalisées sans autre objectif que celui du marketing et du "plus que c'est fort ake plus que c'est meilleur" (mille excuses pour ce barbarisme... quoique; sur BFM, ce jour à 10h06, est apparu un magnifique bandeau d'information "La bourse DEVICE"... toute ressemblance avec la langue anglaise... bref! Mais pas du tout le même sens, même traduit en BON français).

Bonne lecture.
Et soyez attentif à vos sources...
Nos chaines nous trompent!
Et alors?
Fermons les yeux...
Et écoutons.
Avatar du membre
Bigbroz
Membre émérite
Messages : 4252
Enregistré le : 10 janv. 2008, 13:34
Localisation : Sud de l'Ile de France

Re: Sources analogiques et numérisation

Message par Bigbroz »

naim21 a écrit :Image

BONNE SURPRISE!!!
Un enregistrement de 1967 du Duke.
Remastered By [Digitally remastered from original master tapes in 24-bit] – Dennis Ferrante.
50 ans d'accord, mais quelle musique.
Pas étonnant que l'homme qui s'est chargé de cette restauration (il a commencé dans les 60', donc a connu cette époque) ait été récompensé par Best Historical Album' Grammy Award in 2000 for his engineering work on "The Duke Ellington Centennial Edition - The Complete RCA Victor Recordings (1927 - 1973)".

Écoutez "Snibor", vous y êtes, dès les premières notes.
"After all"! Le "hiss" de la bande est là et le piano, la basse, le sax... tout prend vie et vous embarque.
"The intimacy of the Blues" avec sa stéréo hyper large vous offre la scène du studio pour vous tout seul. Et puis, les "souffleurs" débarquent, à gauche, à droite, l'orchestre en appui au centre.
Le "Rock skippin' at the Blue Note" et sa contrebasse, à droite, qui arrive sur la pointe des pieds et y reste, discrète mais là, pendant que les souffleurs se disputent le devant de la scène!

C'était ça les enregistrements de big band US des 60'.

Mr Dennis Ferrante, puissiez vous avoir pu refaire TOUT ce que certains de vos "prétendus prédécesseurs" ont gâché!!
Cette version 2016 est un bonbon.
Rassurez-vous, pas de souci pour la glycémie!!!
J'ai commandé ce disque en CD dans une version dite "remasterisée" et il s'avère que le CD reçu est bien la version remasterisée 24-bit par Dennis Ferrante. Je suis donc ravi. Je l'avais déjà écouté une fois, mais là je vais me régaler.

Merci Naim21 :merci:
Raspberry Pi 3/Allo Digione/MoodeAudio > Benchmark DAC1 > filtre actif dbx 234 xs > 2 x Chevin Research A500 > ATC SCM 7 mkIII
(dans les cartons : NAC 32.5)
Avatar du membre
naim21
Membre senior
Messages : 1659
Enregistré le : 14 janv. 2006, 11:02

Re: Sources analogiques et numérisation

Message par naim21 »

C'est moi qui suis ravi pour toi.
Nos chaines nous trompent!
Et alors?
Fermons les yeux...
Et écoutons.
Avatar du membre
jjlv358
Membre senior
Messages : 1574
Enregistré le : 05 juil. 2012, 13:48
Localisation : Chartres de Bretagne

Re: Sources analogiques et numérisation

Message par jjlv358 »

<:) à tous,
Sujet très intéressant qui m'a convaincu de rester bien sage ; il y a quelques années, j'avais joué à l'apprenti sorcier en numérisant quelques lp pour avoir quelques Cd à écouter au salon, j'avais une carte son soundblaster, Nero7 ; je me souviens, je crois qu'il fallait être au plus prêt de 0db pour enregistrer, mais le son, sortant du lecteur arcam 72, n'était pas à la hauteur du lp. J'ai vite abandonné. et vive le lp, d'autant plus que j'ai ce fameux disque "first time"de Duke de 1962 :happy1:
Bur. LP12 cirkus Ittock VII Benz glider SL pré phono Jolida JD9 lampes Raythéon 1958 Unitiqute 2, Hicap, snaic4, Nac 82, Nap 250, NACA 5, Chord Cobra 3, RCA> Din cryo 4 AG Heybrook HB2
Salon Creek OBH 21 SE Senheiser HD 650 pré Linn Kolektor Linn Genki LK140 et LK 85 bi- amplification HP BC acoustiques A2 Mogami 2921 cryo 3
Répondre